De GLS à Goëvia : 20 ans d’évolution

20 Jan, 2021

Après plusieurs mois passés la tête dans le guidon, Benjamin Gonzalez dresse un premier bilan de cette année 2020 inédite. Avec une activité fortement perturbée par la pandémie, il revient sur la façon dont les transports Goëvia ont géré la crise. Il évoque ces moments qui ont marqué le quotidien de tous les collaborateurs mais aussi les enseignements que la PME a pu en tirer. Enfin il nous livre sa philosophie pour 2021.

1- Au début du mois de Mars 2020, personne ne s’attendait à un confinement. Comment Goëvia a reçu cette décision, s’est adaptée et à préparer l’application des consignes sanitaires ?

Cette annonce est arrivée dans un contexte très particulier. Nous venions d’annoncer notre changement de marque, et avions travaillé d’arrachepied avec le Comité de Pilotage (organe de réflexion et d’action constitué du management intermédiaire de l’entreprise) à l’organisation d’une journée portes ouvertes qui devait représenter le point de départ d’une nouvelle ère pour l’entreprise et toute sa communauté. Plus de 300 personnes (collaborateurs, familles, clients, fournisseurs, partenaires, institutionnels) avaient confirmé leur présence. L’annonce du premier confinement est arrivée de surcroit la première semaine d’intégration de notre nouveau Directeur des Opérations (Mickael Gonçalves). Pas idéal pour se découvrir…

Mon premier sentiment a été en toute transparence, de la frustration. Le gouvernement par ces premières restrictions a anéanti des semaines de travail. 

Puis entre samedi 14 et dimanche 15 mars, mon téléphone n’a cessé de sonner. Tous nos clients m’annonçaient tour à tour, leur fermeture ou plans réduits qui nécessiteraient au-delà de la mise en place d’un protocole sanitaire, des ajustements techniques et économiques considérables. C’est dimanche 15 mars 2020, que je prends en toute sincérité la mesure de ce qui se passe et des nombreuses conséquences que cette particule microscopique aura dans nos vies à tous.

Dès lundi 16, le Comité de Direction (organe de réflexion et de décision constitué du top management de l’entreprise) a été placé en cellule de crise pour mettre en place un plan de continuité d’activité totalement inédit. L’activité partielle, le télétravail, et la prise en main du protocole sanitaire par Channelle Pelz, notre responsable RH-QHSE, ont été nos toutes premières initiatives. En l’espace de 48h, Channelle a su mettre en œuvre toutes les préconisations que cette situation nous a imposée, et s’est mise en veille afin d’anticiper les nombreuses évolutions du protocole sanitaire (Gel Hydro, Affichages, Sens de circulation, Masques, Modification du Protocole de Sécurité, Parois en Plexiglas, Désinfectant…)

2- Quels était les objectifs fixés lors du premier confinement, les indicateurs les plus scrutés ?

Le Comité de Direction a été mis en cellule de crise immédiatement et j’ai réparti les rôles de chacun. Antoine Gariteau, Responsable Commercial, Mickael, Directeur des Opérations, et moi-même sommes restés sur site afin de couvrir l’amplitude et les besoins de mise en œuvre. Channelle s’est consacrée au protocole sanitaire, et à l’organisation de l’activité partielle, l’identification des binômes de polyvalence, des personnes à risque, Pascal Lambert, Directeur Administratif et Financier, a mis en place des tableaux de bord inédits de suivi de rentabilité à la journée. Tous nos indicateurs avaient bougé et nous avions besoins de nous construire un tout nouveau champ de visibilité et de pilotage. Nous avons perdu dans les premiers jours du confinement plus de 60% de notre chiffre d’affaires… Maxime Gonzalez, Directeur d’Agence, s’est consacré à la fermeture de son unité de Cestas et au pilotage de notre sous-traitance. Joël et Victor Gonzalez ont travaillé sur le plan de transport qui devait lui aussi réagir de manière inédite à ce contexte (péages, kilomètres à vide, contre flux…) Mickael s’est mis immédiatement au milieu des équipes pour accompagner les constantes évolutions d’exploitation, et Antoine a suivi le chiffre d’affaires à la journée, par client et est resté le point d’entrée de tous nos clients sur cette période. Le Chiffre d’affaires a été l’indicateur principal de suivi car directement relié à l’activité.

3- Au printemps dernier, les Transporteurs et notamment le métier de chauffeur ont été particulièrement dans la lumière. Comment la direction et les équipes sur le terrain l’on ressenti ? Qu’est-ce qui est resté de tout ça ?

Les conducteurs se sont tous sentis engagés et concernés par le côté essentiel de notre métier et du rôle à jouer dans cette crise. J’ai ressenti beaucoup de solidarité et de volonté commune d’être courageux et exemplaires. Notre métier est bien plus transverse qu’il n’y parait et nos conducteurs ont été les dignes ambassadeurs de cet engagement collectif (Opérateurs de quai, Exploitants, Commerciaux, Administratifs, Service Technique…). Nous avons d’ailleurs distribué à tous nos collaborateurs un T-Shirt conçu en collaboration avec notre client MONSIEUR TSHIRT, # BEAU COMME UN CAMION. Il nous reste de cette période des enseignements techniques, humains, organisationnels et de nouveaux clients… La plupart des clients qui ont démarré avec nous pendant le confinement nous sont restés fidèles. Et ça ce n’est pas rien…

4- Quels ont été les enseignements tirés du premier confinement ? Quel a été le guide pour la deuxième partie de l’année et notamment le 2ème confinement ?

Nous avons énormément progressé au niveau de la réactivité et notre capacité d’adaptation, et ce dans tous les services. Cette période nous a vu muter notre organisation de -60% de volumes à +30% pendant la période estivale pour retrouver du -15% avec ce nouveau confinement de novembre. C’est évidemment très exigeant en termes d’énergie et de résilience mais les acquis engrangés sur cette période sont beaucoup plus forts.

Dès le début de nos réflexions en cellule de crise, nous avions ciblé le mois de septembre comme échéance incontournable à la priorisation de la qualité. Je suis très content et fier de voir que nos engagements sont globalement tenus sur cette ligne de la promesse client. Nous avons reçu quelques témoignages sympas de clients ces dernières semaines qui seront prochainement partagés à tous. Toute la team porte le mérite de ces effets de reconnaissance.

Ce 2e confinement comporte du coup cette exigence supplémentaire en relation au premier. Nous sommes certes contraints, d’adapter notre organisation à cette baisse de 15% de volume, mais nous devons impérativement tenir tous nos engagements qualité, notamment celui des livraisons Heure H

5- Quelles conséquences cette crise sanitaire et économique a eu pour Goëvia : au niveau économique, managérial ?

Au niveau économique, les conséquences sont majeures et représentent plus de 2 millions d’euros de chiffre d’affaires non encaissés. A cela s’ajoute un environnement économique en tension avec une crise qui pointe gentiment le bout de son nez. Les appel d’offres de nombreux chargeurs à la sortie de l’été, voir même pendant le confinement et sa mise en tension des tarifs sont des réactions à attendre du marché. La crise nous touche à tous, petites comme grandes entreprises et tous secteurs d’activité. L’exercice 2020 sera du coup compliqué sur le plan économique. Nous ne nous attendions pas à ce 2e confinement qui fragilise une partie des efforts consentis sur les 10 premiers mois. Mais voyons le verre à moitié plein, on aura beaucoup appris et on aura posé les bases d’un modèle et d’une organisation solide pour 2021 :

–       Intégration de Mickael Goncalves en tant que Directeur des Opérations

–       Mise en place d’aménagements opérationnels satisfaisants

–       Mise en place de nouveaux indicateurs de gestion

–       Taux de qualité en nette progression

–       Obtention de la plateforme Volulots (Réseau Evolutrans), ce qui nous ouvre l’opportunité de diversifier notre offre et densifier nos solutions nationales de groupage

–       Évolutions informatiques (Proxymobility, le CRM Hubspot, nouveaux PDA Memor 10…

–       Nomination de Channelle Pelz au poste de Responsable Ressources Humaines

–       Intégration de 5 alternants

–       La mise en ligne de notre nouveau site web et sa plateforme Goevia Online

–       Changement du nom de marque de GLS à Goëvia

–       Consolidation de la collaboration avec nos principaux clients

–       Un plan d’acquisition commerciale ambitieux portée par une nouvelle offre 2021 et nos solutions digitales

6- Comment cette année 2020 se conclut-elle pour Goëvia. Et comment regarde-t-elle vers 2021 ?

L’année se conclut avec un nouveau confinement et son lot de restrictions sur le plan économique et humain. Toutefois, nous restons fidèles à nos valeurs de proximité et Comité de Pilotage comme CSE s’attachent à mettre du liant et des sourires dans cette fin d’année. 

D’un point de vue plus stratégique, nous nous engagerons de manière très significative en 2021 sur notre empreinte écologique. 100% de notre parc était déjà EURO 6, mais nous irons en 2021 encore plus loin par souci de responsabilité, d’exemplarité et de différenciation commerciale. 8 Tracteurs « propres » sont actuellement en commande chez RENAULT et SCANIA. Nous faisons en effet rentrer en 2021 cette enseigne renommée qu’est SCANIA pour nous accompagner dans cet enjeu écologique. 15% de notre parc sera désormais « propre » en 2021…

Sur le terrain du commerce, notre site et son application Goevia Online seront des marqueurs forts de notre ambition. Nous prévoyons notamment de « rhabiller notre offre » sur l’anagramme des Tailles (XS/S/M/L/XL) pour mettre en valeur la diversité de notre offre.

Contactez-nous

Réalisez un devis en ligne avec Goëvia Online

Vous avez le sentiment de payer trop cher votre transport ?

Suivez nos conseils métiers et bonnes pratiques conçus spécialement pour vous par nos experts du transport.

Découvrez nos derniers articles