Transport routier de marchandises : comment Goëvia limite son empreinte carbone ?

empreinte carbone transport
15 Mar, 2021

26%, c’est le taux d’émissions de CO2 généré par le transport routier de marchandises (selon le Ministère de la transition écologique). Face à ces constats, limiter l’empreinte carbone devient un enjeu essentiel pour l’environnement. Ensemble, transporteurs et clients doivent minimiser cet impact sur la planète. Découvrez comment Goëvia, à son échelle, limite son empreinte carbone et s’engage dans une démarche écoresponsable via nos 4 axes majeurs d’améliorations.

Actions sur les véhicules

C’est en premier lieu sur une flotte récente et moderne que l’entreprise mise pour réduire ses émissions de CO2. Goëvia renouvelle son parc de véhicules tous les 5 ans et compte 100% de motorisations Hybride ou Euro 6. Sur ces derniers véhicules, en comparaison avec les normes d‘émissions Euro 5, les particules fines sont réduites de 66% tandis que l’oxyde d’azote, lui, est réduit de 80%. Les véhicules hybrides sont quant à eux utilisés pour les livraisons en hypercentre. Ils sont 100% électriques en dessous de 11km/h et ont l’avantage de se recharger automatiquement sur la route et de ne nécessiter aucun branchement. 

Nouveauté pour l’année 2021, Goëvia va compléter son parc de 8 nouveaux véhicules alimentés par une énergie renouvelable souvent utilisée en cuisine : l’huile de colza. Cette huile n’a pas pour objectif premier de produire du carburant. Elle est en effet issue de productions françaises de tourteaux de colza donnés aux élevages bovins. Ce carburant B100 (100% colza) bénéficie d’un bilan carbone très positif. Par rapport au gazole fossile, il permet de réduire jusqu’à 80% les émissions de particules fines et d’au moins 60% les émissions de gaz à effet de serre.

L’importance des équipements 

En dehors de la typologie de camions, les équipements ont leur importance. Chez Goëvia par exemple, tous les véhicules sont équipés de déflecteurs d’air latéraux et de toit. Ces équipements augmentent le CX (coefficient de pénétration dans l’air) et optimisent la puissance du véhicule, permettant ainsi de réaliser des économies de carburant. La flotte est également équipée de régulateurs de vitesse intelligents permettant un bridage de la vitesse maximale.

Actions sur le comportement des conducteurs

Derrière ces volants de 3.5t, des hommes et des femmes agissent eux aussi en faveur de l’environnement. Chez Goëvia, nos conducteurs sont systématiquement formés à l’éco-conduite. Au-delà de la formation initiale, ils reçoivent des formations régulières et apprennent à analyser leurs comportements sur l’effet d’émissions de CO2

« Si vous ne pouvez pas le mesurer, vous ne pouvez pas l’améliorer » disait Peter Drucker, professeur américain et théoricien.

C’est pourquoi la mesure du comportement routier est une préoccupation quotidienne chez Goëvia. Chaque semaine nos conducteurs perçoivent une note mesurée sur plusieurs critères : le temps d’arrêt moteur tournant, les virages et freinages brusques, la consommation moyenne du véhicule, la vitesse constante ou encore la décélération. Ces indicateurs nous permettent de visualiser l’anticipation des conducteurs et de juger les répercussions réelles sur la consommation de carburant ou l’état des véhicules (plaquettes, freins, etc). Ils nous permettent par exemple d’économiser 7000 L de gazole par mois ! 

Actions sur le traitement des carburants et l’optimisation des pneumatiques

Au-delà des mesures déjà énoncées, le traitement des carburants favorise lui aussi un transport plus vert. David Chaveroche, Directeur Technique chez Goëvia nous explique : « Pour plus d’efficacité, la température des carburants peut être contrôlée. Chez Goëvia, nous traitons le carburant avec un produit qui augmente l’indice de Cétane. En d’autres termes, on augmente le pouvoir calorique du carburant. Le moteur a alors un rendement plus efficace et davantage de couple : en agissant ainsi, on réduit la consommation de gazole ». Il ajoute : « Ce même produit avec lequel nous traitons le carburant empêche les bactéries de proliférer dans le gazole. Il empêche donc aussi de boucher les filtres ».

En tant que transporteur routier de marchandises, les pneumatiques tiennent une place importante dans la gestion du parc de véhicules. Premier transporteur français à mettre en place le TPMS (Tyre Pressure Monitoring System), Goëvia dispose d’un système de contrôle automatique de la pression des pneus qui alerte le conducteur en cas de problème. David Chaveroche détaille : « Un pneu sous-gonflé augmente la consommation de gazole. En mesurant quotidiennement la pression des pneus des véhicules, cette installation nous permet de limiter nos émissions de CO2 et d’économiser 0,6L/100 de carburant ». Il ajoute : « Ce système nous permet également de déceler les futures crevaisons (ou crevaisons lentes) et d’intervenir à temps. Grâce à ça nous n’avons plus d’interventions sur la route pour cause d’éclatement de pneus. Nous augmentons par la même occasion la durée de vie de nos pneus qui s’usent plus rapidement lorsqu’ils sont sous-gonflés ou sur-gonflés. On peut dire qu’en moyenne Goëvia fait 40 000 km de plus avec chaque pneu. Nous sommes convaincus par le système et l’avons installé sur chacun de nos sites » !

Actions sur l’organisation des flux de transport

Enfin, la mise en place d’un plan de transport adapté permet à Goëvia d’optimiser les tournées, de limiter les voyages à vide et de faciliter la logistique du dernier kilomètre. Pour cela, nous optimisions au maximum le chargement de nos camions et veillons à couvrir les déséquilibres présents sur certaines lignes. Tous nos opérateurs en planification participent à cette optimisation lors de nos opérations de transport. Ce sont ces petits gestes du quotidien qui évitent les gaspillages et les km à vide… 

Nous avons conscience que le secteur du transport tient une place importante dans les émissions de CO2. Nous sommes persuadés que chaque maillon de la chaîne a un rôle à tenir dans la préservation de l’environnement. Goëvia s’engage, à son échelle, à limiter son empreinte carbone. Et vous, quelles sont vos actions en faveur de l’environnement ?

transport-goevia-vegesupply

Comment Végésupply a réduit ses coûts logistiques et son empreinte carbone ?

Découvrez comment la coopérative spécialisée dans les marchandises végétales a obtenu des fleurs et plantes fragiles livrées en 24h !

Découvrez nos derniers articles